Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zone Dangereuse (ou pas ?)

Publié le par itshould

IMG_3111.JPG

Je m'étais interrogé, il y a quelques mois, sur le risque que pouvait représenter la consommation des fruits de ce mûrier sauvage plongeant ses racines dans le sol pollué de l'Affinerie... Mais bien au-delà de cette question, à quel danger réel ceux qui arpentent ces lieux sont-il exposés ? Où sont cachés les PCB, le cadmium, le plomb, l'amiante... Les murs qui ceinturent Postindustry sont-ils, à l'instar de la frontière française lors de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le rempart infranchissable qui, confinant sans faillir les polluants, protègent les riverains de toute pollution et de tout danger ?

En fait, on s'aperçoit que, tant sur l'Affinerie que sur la Décharge, le "visiteur" qui souhaiterait violer les lieux est confronté à une interdiction "molle" des Contrôleurs de l'Etat... Les plaques de métal qui encerclent l'Affinerie, les lourds portails, véhiculent un message clair: "N'entrez pas"... Leur démantelement régulier, les cadenas qui sautent, en véhiculent un autre: "Laissez-nous entrer"... Cela fait maintenant des mois que l'Affinerie est ouverte aux quatre vents, son enceinte percée comme un morceau de gruyère, ses tôles de protection et ses affichettes d'avertissement à terre... sans que cela ne semble émouvoir particulièrement nos Autorités... La crise de nos finances publiques serait-elle déjà si profonde que l'Etat n'a plus les moyens de gérer ces sites qui ont pourtant été les générateurs de la croissance économique d'hier et qu'il a si facilement laisser dégrader par des intérêts privés ?  Ne parlons même pas de la Décharge, où le visiteur est davantage gêné dans ses tentatives d'accès par les murs de ronce qui se sont constitués avec le temps que par les barbelés qui semblent au moins trentenaires... C'est finalement sur Internet qu'il faut aller, sur le site officiel du Ministère de l'environnement, ou bien plus encore sur des sites "parallèles", pour prendre connaissance de la nature des produits qui sont présents ici... mais, pour autant, rien de précis sur la "dangerosité" effective des lieux... le flou est total... mais plus que ça... il semble volontaire de la part de nos Contrôleurs de l'Etat et bien entretenu... "Dormez tranquille, oubliez ces lieux et n'y pénétrez pas, continuez de vivre normalement sans poser de questions..."

 

 

 

Commenter cet article