Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Fruit défendu (suite)

Publié le par itshould

IMG_3288.JPGBon, sérieusement... je peux les manger ces mûres ou pas ? Je vérifie... oui, l'arbre prend bien racine de l'autre côté... côté Postindustry... donc côté potentiellement pollué... aux PCB, au cadmium et autres métaux lourds... à l'amiante également... Le sol à cet endroit précis a-t-il été pollué ? S'il l'a été... à quelle substance ? Les polluants ont-ils migré en profondeur dans le sol ou sont-ils restés en surface... auquel cas la profondeur elle-même des racines du végétal peut avoir toute son importance... Comment réagit une plante quand ses racines rencontrent un polluant... qui n'est pas censé faire partie de son "régime alimentaire" habituel... Fait-elle le tri entre bons et mauvais nutriments... fait-elle preuve de davantage de discernement que nous humains, quans elle absorbe un "aliment"... parvient-elle à détecter ce qui lui serait néfaste et à l'écarter... Ou au contraire, absorbe-t-elle tout ce qui passe au contact de ses radicelles ? Certaines plantes ont-elles plus de discernement que d'autres... Le mûrier est-il plus exposé que... Cendrillon par exemple, l'Eupatoire Chanvrine qui s'épanouissait dans un bac de cendres non loin de là... ou bien l'absinthe, par exemple, qui colonise le terrain de l'autre côté des barreaux... Le mûrier est-il plus sensible que d'autres végétaux à la pollution... au point où il l'absorberait et l'intégrerait à ses feuilles, à ses branches, ses fleurs, ses fruits... le fruit est-il "protégé" ou au contraire est-il un réceptacle, un "point de stockage" d'éventuels polluants... Ou bien alors... peut-être la plante est-elle capable de transformer ces polluants en éléments bénéfiques, inoffensifs... auquel cas, ce serait miraculeux... un processus naturel de décontamination... Et cet arbre que je croyais malade tout au début de ma découverte de l'Affinerie... il ne l'était pas, semble-t-il, de l'avis de nos amis "blogtanistes"... bien qu'enraciné en un endroit qui semblait avoir été particulièrement exposé à la pollution... Voilà pour la pollution du sol... mais il y a aussi l'air... ça me revient... ce livre que j'ai feuilleté il y a quelques temps, un livre traitant des plantes capables d'absorber la pollution de l'air de nos appartements: formaldéhyde, composés organiques volatils (COV), ammoniac, monoxyde de carbone, xylène, benzène... 

Et puis je repense à ces paroles de riverains, tout au début de mon "enquête" sur l'Affinerie: "je vous conseille de ne pas cultiver de légumes dans votre jardin... On est un certain nombre ici à s'en abstenir"...

 

Trop de doutes, trop d'incertitudes, peut-être infondées... mais peut-être pas... je ravale ma gourmandise... et m'applique le principe de précaution... laissant les mûres aux oiseaux et insectes qui rôdent et qui semblent ne pas se poser autant de questions...

Commenter cet article