Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ici dort le monstre...

Publié le par itshould

IMG 3467Ici, sur la Décharge, la grande Soeur de l'Affinerie, tout est si calme... il semblerait qu'il ne s'y soit jamais rien passé... Alors que plus bas, dans la Vallée, à l'Affinerie, Postindustry s'affiche outrageusement... le doute n'y est pas permis, même si le plus gros des structures industrielles a été dépecé et évacué... tout révèle, tout trahit les anciennes activités industrielles... les indices sont partout: dans les restes des équipements lourds, les fours, les fosses, les moignons des anciennes cheminées... et puis, ces plages étincelantes de pièces métalliques, rebus du processus industriel... Ici, sur la Décharge, presqu'aucun indice des activités passées... derrière les murailles de cette ancienne carrière de pierre calcaire, formant une sorte de "cirque"... Le site idéal, isolé, en haut d'une colline, d'une discrétion totale... Seuls quelques baraquements de bois subsistent aujourd'hui... ils semblent avoir été désertés en toute hâte... formant l'étrange ville fantôme d'un lointain Far West... On y trouve encore aujourd'hui, comme si elles avaient été abandonnées hier, les chaises et la table autour de laquelle les employés devaient s'accorder une pause après leur besogne... Un peu plus loin un baraquement qui contient un tas de caisses de bois rongées par l'humidité et qui semblent de toute évidence avoir contenu différents produits dont il s'agissait ici de se débarasser... dans l'herbe humide, le pan rescapé d'une caisse indiquant "Dangereux" en lettres rouges... un peu plus loin encore, des dalles de béton conduisant à des quais de déchargement enfouis aujourd'hui sous la végétation... et puis au centre de la zone, le "coeur" de la décharge, son  ancien centre névralgique protégé lui-même par sa propre enceinte naturelle de pierre, complétée d'un mur de parpaings et de barbelés entremêlés, rouillés... les derniers indices véritablement probants se trouveraient-ils ici, derrière cette ultime enceinte ?... j'irai voir un de ces jours...et puis, un peu partout, les "cuvettes", dont certains anciens du village m'ont parlé, creusées il y a bien longtemps par l'homme dans le sol de la carrière, en bonne partie renflouées aujourd'hui... et qui étaient le réceptacle d'un tas de produits à faire disparaître... et puis également, en différents endroits, pour la plupart étouffées par un enchevêtrement inextricable de végétaux, d'énormes cuves d'acier rouillées, remplies d'eau saumâtre... Ici, en surface, tout est calme, si calme... trop calme... où sont les oiseaux ? on a envie de s'assoir et de savourer la quiétude ambiante... nulle odeur désagréable ou qui pourrait trahir la présence du monstre chimique qui dort ici... des champignons vénéneux et d'autres, plein d'autres, comestibles... qu'on se  risquerait presque à cueillir et consommer... car tout se passe en dessous, sous mes pieds... Il est dit par ceux qui ont connu ce site quand il était en activité que des quantités énormes de produits toxiques y ont été déversées, enfouies, soit à même le sol, soit dans des fûts... des milliers de fûts... dont certains, pour les derniers à avoir été amenés ici, ne dormiraient que sous quelques centimètres de terre... Les produits s'infiltrent doucement dans le sol de la colline et rejoignent la vallée et la rivière en contrebas... et c'est par là que ressort doucement le monstre...

Commenter cet article